L'Erreur fatale

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Mar 6 Avr - 8:24

chapitre 8
Quoi que conservatif dans les principes, Ahmed n’approuvait aucunement l’idée du mariage arrangé. Il ne peut s’aventurer à jouer le pile ou face sur sa vie sentimentale. Des critères précis lui sont vachement essentiels en sa future épouse. Sur ce point, il se basait en outre de la Sunna du prophète (saws) concernant la vie de couple indiquant l’importance du choix sur le fond et non sur la forme et ce, par le Hadith rapporté par Muslim “Certes Allah ne regarde pas vos visages et vos corps mais il regarde vos cœurs et vos actes”.

Bouchra trouvait des difficultés à s’ouvrir facilement devant cet homme spécialement réservé. Sociable et communicative avec ses connaissances, elle a toujours su comment initier les conversations et faciliter grâce à son tempérament leurs cours. Pourtant ce n’était pas le cas avec lui. Elle se rappela du début de leur relation à travers les écrits avant qu’ils passèrent au contact direct.

Ahmed était un mystérieux qui ne portait intérêt ni à son rang social, ni à son vécu passé. Leurs majeures conversations tournaient principalement sur des thèmes sociaux voire religieux. Ahmed insistait consciemment à garder distance et donner une couleur neutre à leur relation épistolaire avant qu’ils dépassèrent le seuil à plus d’affinité à travers les communications téléphoniques.

- Tu étais tellement renfermé aux premiers mois que j’ai failli perdre espoir, se rappela Bouchra de son aveu pendant leur voyage de noce
- Devant ta douceur, je devais prendre réserve. Tu m’étais très captivante, répliqua tendrement Ahmed
- Charmeur ! Maintenant tu me tortures avec ton excès en romantisme
- Veux tu que je remettes mon costume d’avant ? il la taquina

Bouchra appréciait énormément son caractère. Il n’était absolument pas l’homme qui flirtait à la longue avant leur acte de mariage. Sûr de lui même, il imposait le respect. Une scène lui vint brusquement à l’esprit. C’était leur grand jour en pleine fête. Pendant qu’elle voulait quitter la grande salle magnifiquement décorée et bourrée d’invités, elle lui proposa de l’accompagner à la chambre pour converser ensemble en pleine liberté.

- Qu’est ce t’es entrain de me tendre là ? Ah non, je ne bouge pas de ma place

Avec un sourire, Bouchra répondit

- Stp stp, fais moi ce plaisir. Ici je n’arrive pas à me détendre avec tout ce que je porte sur moi.

- Aha, c’est ce que tu tenais à me faire subir avant l’heure alors ?

Bouchra se tordit de rire

- Mais de quoi as tu peur au nom de Dieu ? Je suis ta femme non ?
- Ce n’est pas une peur, détrompes toi. Je veux savourer mes moments lorsque c’est moi qui le décide
- Macho, vas
- C’est avec une insulte que tu commences ta première nuit avec moi ?
- Ce n’est pas une insulte mais un compliment mon chéri, Bouchra répliqua avec un grand sourire aux lèvres
- Tu es très fascinante et je risque ne plus te laisser sortir de la chambre, tu prends ce risque ?

Bouchra ne pouvait dissimuler l’effervescence d’émotions qu’il provoquait en elle

- Charmeur charmeur !!! Alors je t’implore de ne pas me suivre. Stp stp ne bouges pas de ta place
- J’attends impatiemment ton retour ma splendide princesse. Je t’aime fort
- À tout à l’heure mon amour. Je pars mettre la Takchita au superbe tissu que tu m’as offerte

Comment se fait il que son Ahmed soit un amateur de la nudité féminine, lui qui s’est toujours contrôlé après leurs fiançailles. Elle était déjà son épouse avant le Ich’har de leur union et pourtant il n’a jamais osé dépasser les je t’aime et les touchers à la main. Elle se rappela du jour où elle lui demanda sans hésitation s’il n’éprouvait pas d’envie à l’embrasser de temps à autre.

- J’ai longuement patienté. Dans un mois notre fête de mariage et la vie est à nous inchaa Allah

Les cinquantaines d’images sont elles le refuge ? Mais qu’est ce qu’il peut me cacher encore ? Se demanda t-elle au fond d’elle.

Soudain, elle entendit sa belle mère l’appeler de l’autre chambre.

La suite par la suite Shocked

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  tounsi le Mar 6 Avr - 14:42

bravo pas mal
avatar
tounsi
Gold
Gold


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Mer 7 Avr - 16:29

chapitre 9

Bouchra s’attendait à un réglage de luminosité, de contraste ou à un problème de connexion au cas où le débit était lent, supposa t- elle. Mais combien fut grande sa surprise en découvrant qu’il s’agissait plutôt d’un tiers dont elle ne reconnut pas le nom, qui ne cessait d’envoyer des messages instantanés. Ça dérangeait sa belle mère lors de sa conversation vidéo.
En cliquant sur la fenêtre qui clignotait en bas, elle déchiffra rapidement la salutation étrange qui accentua la lourdeur que portait son coeur:

- Hello hot man
- Baby, t’es là ?
- Fais moi signe si t’es de retour…Je reste connectée, suis totalement à ta disposition
- Allô…suis là. Tu me manques terriblement
- En ligne sans signe, une première !
- Allooooooo
- Je quitte c’est urgent. À la prochaine cher bijou. Doux bisou

Affolée à la lecture de ces expressions, Bouchra eut l’envie de crier haut sa déception. L’incident lui était insupportable qu’elle avait l’impression ne plus respirer de l’air. Elle persista à camoufler néanmoins son trouble devant sa belle mère.

- C’était quoi la lumière tout à l’heure ?
- Rien de grave mmi Lhajja. Mais elle est où Salma ?
- Au Tel, elle sera de retour dans des minutes, m’a t-elle promis. Elle a demandé après vos nouvelles. Elle veut bien te voir
- Issawal 3liha lkhir. Si tu me le permets mmi Lhajja, je pars préparer atay tout d’abord et puis je vous rejoins
- Allah irdi 3lik abenti (Que Dieu te bénisse ma fille)

Bouchra se sentait affaiblie à la succession de ces événements matinaux. Elle pensait effleurer le début d’une crise irrémédiable entre elle et son mari. Elle ne peut admettre qu’il lui joue du simulacre, lui qu’elle a toujours pris pour homme juste et sincère méprisant gravement les hypocrites.

Elle se ressaisit à la venue des hommes.

Pendant qu'ils bavardaient harmonieusement dans leur salle de séjour, où des lampes artisanales sont accrochées aux murs en tadellakte, des tabourets de bergers traditionnels faisant le tour de la table ronde au bois de garga3 soigneusement travaillé chez le m3allam, des seddaris de luxe recouverts de précieux Tlamets égayés de coussins ornés de passementerie, à couleurs très vives offrant plus d’éclat à la pièce et où le tapis berbère au sol à tissage et symboles significatifs réussissant à embellir chaque invité qui met le pied au dessus, Karim, confortablement allongé sur son matelas préféré tout au coin, près de la grande fenêtre habillée de beaux rideaux à design typiquement oriental, fit soudainement une remarque qui blessa de surplus sa belle soeur :

- L’autre jour, j’ai pensé saluer Ahmed mais je n’ai pas voulu le déranger. Il était en plein débat avec une cliente
- C’était où ? Bouchra lui demanda curieusement
- Dans un hôtel au centre ville. Il était très concentré qu’il ne m’a pas vu passer
- Un vrai calvaire ses dernières semaines, tellement stressé le pauvre
- C’est ce que je me suis dit moi aussi. C’était tard son rdv. Peut être qu’il ne quitte plus son bureau le jour pour ses missions extérieures

Bouchra ressentit un pincement au cœur. Elle ignorait ce déplacement. Son mari ne lui cachait pas ses activités hors son lieu de travail, c’est ce qu’elle admettait au moins. Elle essayait de montrer bonne mine puisqu’elle n’était pas seule.

À partir de ce jour, plus rien ne serait comme avant. Elle se demanda ce qui pourrait advenir de sa relation jusque là plus que parfaite avec son mari. La confiance s’éclipsa pour laisser place à la méfiance, la joie se transforma à un désarroi, le désespoir cassa son rêve d’une vie de gloire avec son Ahmed.

Elle purgeait toutefois d'agréables moments en compagnie de sa belle famille qui l'ont chaleureusement remercié pour son hospitalité avant leur départ. Bouchra a pu trier les choses,le grand respect qu'elle éprouvait envers eux l'incitait à dominer sa perturbation pendant leur présence.

Une fois seule, elle tomba mourrante de tristesse sur le canapé du couloir. Les larmes innondaient ses beaux yeux. Bouchra se sentit solitaire pour la première fois chez elle, une sensation jamais connue auparavant.

La suite par la suite Laughing

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Jeu 8 Avr - 17:24

ch 10

C’était exactement sur ce canapé, témoin de sa déprime actuelle, qu’elle a montré son premier poème d’amour à son Ahmed, se souvint elle. Sous un soupir, le cœur brisé, elle refila automatiquement la scène.

Bouchra savait créer de l’ambiance dans son foyer. Elle dénote d’un esprit festif outre son sens de piété. Six semaines après leur retour des noces, elle décida d’offrir une soirée d’une et milles nuits à son mari chéri. Elle évitait la monotonie dans son couple. La routine tue, dit elle souvent à Nisma qui négligeait son mari et qui en souffre énormément. Ses recherches scientifiques durant son Phd prenaient toute sa concentration et tout son temps.

Le réveil bipait comme d’habitude pour indiquer l’heure de la salât El’fajr. C’est un appareil avec prise en compte des horaires de prière, du calendrier Hégirien et Grégorien et d’Adhan à une qualité de son impeccable qu’Ahmed a acheté dans la mosquée de la ville. L’appel à la prière commença des secondes après :

Allahou Akbar, Allahou Akbar
Ach’hadou anna la Ilâha illa Llah, Ach’hadou anna la Ilâha illa Llah
Wa Ach’hadou anna Mohammadane rassoulou Llah
Hayya 3ala salât, Hayya 3ala salât
Hayya 3la l’falah, Hayya 3la l’falah
Allahou Akbar, Allahou Akbar
La Ilâha illa Llah

Bouchra se tourna vers son mari, mit délicatement son bras droit sur son épaule et lui chuchota tout doucement dans l’oreille :

- Sbah lkhir houbbi, la salât est meilleure que le sommeil

- Sbah nnor hyati, ahssanti 9awlane (tout à fait), répliqua Ahmed les yeux encore soudés

- C’était comment ta nuit grand bébé?

- Douce walillahi l’hamd. Ahmed se tourna vers elle et continua : Elle ne peut être autrement puisque la plus grande douceur de tous les Temps dort juste à côté

- Chut, ta boîte va craquer en passant directement à la 5ème vitesse, lui dit elle en caressant tendrement ses lèvres avec ses p’tits doigts. Appuies sur l’embrayage stp et freines, faut démarrer avec le fotor tout d’abord

- Tu parles ! Mon p’tit dej, je l’ai déjà pris. Ta belle voix circule dans mes veines, figures toi et je me sens pleinement en forme pour t’aimer cher éternel amour à moi bouhdi

Bouchra se tordit de rire en entendant son chéri poétiser à l’heure qu’il faisait

Après leur pratique à la Farida, elle se dirigea à sa cuisine pour lui préparer sa p’tite tasse de café qu’il prenait toujours avant son départ au boulot. Pendant qu’elle planifiait dans son esprit son programme spécial du jour, elle ressentit tout à coup le grand corps de son mari collé à son dos, ses bras lui faisant le tour de la taille :

- Je dois filer mchicha. Je prends le café dans la cantine

Elle tourna doucement sa tête pour chercher ses yeux, humer son beau parfum et lui dit en souriant

- Prépares toi à une surprise ce soir. Mon Dieu tu me manques déjà

Bouchra accompagna son chéri jusqu’à la porte, posa un baiser de respect sur son front et le salua comme accoutumé à chaque fois qu’il prenait la route :

- La Ilâha illa Llah, sa manière de lui souhaiter Triq assalama
- Mohamadoune rassoulou Llah, Ahmed termina la cha’hada

Bouchra pleurait à chaudes larmes sur son fauteuil. Le couloir lui était si froid, la demeure tellement bizarre. Comment se fait il que son Ahmed lui soit infidèle. Jamais il ne lui manquait d’attention. Il la comblait d’amour et de tendresse qu’elle se considérait comme la femme la plus heureuse des heureuses.

Bouchra voulait fuir la réalité pour plonger dans ses rêveries internes. Plus le sentiment que la vie lui échappait, plus elle s’immergeait profondément dans son monde intérieur, y trouvant un réconfort qu’elle ne pourrait peut être plus jamais savourer.

Avant même sa tasse de café au lait et sa tartine au fromage de chèvres et aux pousses d’épinards qu’elle prenait souvent pendant son breakfast, Bouchra ressortit son tajine berbère de son placard, vérifia si elle avait assez de charbon dans sa cuisine, jeta un coup d’œil dans son réfrigérateur pour encadrer son menu du soir, alla à sa garde robe pour réfléchir sur sa tenue qui devait épater son époux. Elle voulait l'épanouir, le jouir et y trouvait son grand plaisir. C’est leur fête cette nuit, il faut qu'elle soit à la hauteur, fut son objectif avant le début de ses préparatifs.

La suite par la suite Wink

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Ven 9 Avr - 12:10

ch 11

Je cite:

"C’était exactement sur ce canapé, témoin de sa déprime actuelle, qu’elle a montré son premier poème d’amour à son Ahmed, se souvint elle. Sous un soupir, le cœur brisé, elle refila automatiquement la scène.

Bouchra savait créer de l’ambiance dans son foyer. Elle dénote d’un esprit festif outre son sens de piété. Six semaines après leur retour des noces, elle décida d’offrir une soirée d’une et milles nuits à son mari chéri."

Veut dire:

C'était encore un de ses flash back...Le canapé sur lequel elle pleure sa déception courante lui fait rappeler un beau souvenir et c'est ce que j'ai pensé vous décrire par la suite (la fameuse nuit où elle écrivit son premier poème d'amour à son chéri)...

Bouchra est une fille attentionnée et forte de caractère aussi et c'est cité au début donc elle ne cache pas ses sentiments...le face à face avec son Ahmed viendra encore inchaa Allah...Patience, je vous en prie
(sourire)

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  SalSoul le Ven 9 Avr - 13:59

Quand ca sera fini (parce que moi j ai abandonné....) bellahi si qq"un ou qq'une peut me faire le résumé de la situtaion .....(juste me parler de BOCHRA...)


WEL FAHEM......I3AWENNI
avatar
SalSoul
Modérateur
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  RuSpInA le Dim 11 Avr - 14:28

SalSoul a écrit:Quand ca sera fini (parce que moi j ai abandonné....) bellahi si qq"un ou qq'une peut me faire le résumé de la situtaion .....(juste me parler de BOCHRA...)


WEL FAHEM......I3AWENNI
yekhi hia mezelet mewfetech lahkeya???
avatar
RuSpInA
Platine
Platine


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Lun 12 Avr - 9:14

RuSpInA a écrit:


yekhi hia mezelet mewfetech lahkeya???
douba mebdet

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Lun 12 Avr - 9:14

ch 12

Après son p’tit dej, Bouchra aéra les chambres de son appartement, aspira la poussière, passa la serpillère avant qu’elle se pencha à ranger son Hall où elle tenait à ravir son mari. La place lui paraissait idéale pour sa soirée de rêve et d’évasion. Bouchra est une artiste innée, elle a su offrir à leur nid d’amour un décor enchanteur.

Le « Woust addar, cour carrée au milieu de la maison, est pavée de zellige marocain et de marbre tout autour de la cheminée, un plafonnier artisanal de verre multicolore suspendu au centre du plafond, des appliques d’angles en cuivre à forme triangulaire accrochés à chaque coin et superposées sur un éclairage mural, À l’entrée de la maison se trouvent en parallèle deux lampes sur pied en peau de chèvre tendue avec des motifs rouges et noirs peints à la main, juste en face une jarre rustique en terre brute travaillée dans son ensemble en fer forgé ouvragé, tout au dessus est fixé un énorme miroir cadré en cuivre magnifiquement ciselé, à son côté droit une table antique sur laquelle sont posés une boite rustique en céramique avec cerclage de métal argenté et un grand LCD à écran finement plat, trois canapés en cuir noir au côté gauche sur lesquels sont entreposés des coussins berbères magnifiquement cousus avec des strass dorés, une table rectangulaire en chêne aux pieds et plateau en verre fumé, centrée au milieu de cette galssa occidentale, de superbes poufs carrés brodés à la main en cuir blanc posés tout près, deux faces murales sont en pierre et les deux autres en carrelage sobre donnant un effet classe à ddakhla de la maison, des pots de plantes exposés entre les canapés offrant plus de chaleur au lieu que Bouchra voulait d’extravagant puisque c’est la première impression qui compte, a t- elle toujours supposé.

Pour offrir une note romantique à son ambiance, elle pensa à un p’tit relooking: une dizaine de bougies qu’elle a mis sur la cheminée et sur la table des fauteuils et du parfum d’Orient avec lequel elle vaporisa toutes les pièces de leur appât. Ahmed adore l’humer pendant les fêtes religieuses.

Après ses soins de beauté qui suivirent sa longue douche, Bouchra enfila pour la première fois sa gandoura que son chéri lui avait dédiée pendant leur dernier séjour au Bled. C’est une magnifique tunique traditionnelle brodée finement en fil de soie, de couleur blanc cassé et de mousseline transparent dessinant épatamment sa séduisante silhouette, avec des manches courtes jusqu’aux coudes, le décolleté en bateau tombant sur ses épaules et largement ouvert dévoilant une partie de sa belle poitrine, coupe tellement étroite à la taille grâce à la cordelette qu’elle a serré pour dénoter plus fort ses rondeurs féminines, la tenue descendait jusqu’à mi- jambes laissant apparaître ses sportifs mollets et ses babouches berbères parfaitement travaillées en cuir souple et en soie multicolore que ses petits pieds chaussaient. Ce fut exactement à la seconde où elle mettait son rouge à lèvres qu’Ahmed frappa à la porte.

- Assalam ou3alaykoum ya ahla ddar (maîtres de la maison)
Personne ne répond.
- Hbibaaaaaaaaaaaa, Ahmed appela avec amour son épouse

Un bout de papier collé à la face intérieure de la porte, attira brusquement son attention pendant qu’il fermait à clé.

« Bien venu houbbino (mon chéri). Ddar mnawra bik yalghali (la maison est lumineuse avec ta présence mon cher). Vas prendre ton bain quotidien Allah irdi 3lik pendant que je prépare la surprise. Ne me cherches surtout pas pour ne pas me la gâcher. Je t'aime"

Ahmed ne s’empêcha de sourire à la lecture de ce Terhab inattendu (le welkome). Il alla directement à leur chambre à coucher. Sur leur lit soigneusement recouvert d’un drap élégant qu’il n’a jamais vu auparavant, il trouva un autre bout de papier où était écrit :

« Mon très cher amour, je suis tellement impatiente de te voir avec ce Jabador. Mets le pour moi stp. Notre soirée, je la veux typiquement marocaine"

Ahmed se sentait tout d’un coup agréablement émerveillé par ces p’tits gestes. Il éprouvait le besoin de courir pour aller chercher sa Bouchra. Toutefois il s’est efforcé à respecter les étapes comme le désirait sa bien aimée.

- Allah 3la jamal (mon Dieu quelle beauté !), dit il totalement fasciné devant le grand charme de sa femme. Cet habit épouse ton corps yalhbiba et lui donne grâce machaa Allah

- Allah ikhallik liya yazzine diali, Bouchra répliqua avec un grand sourire aux lèvres. Tu es la source de ce charme puisque t’es mon soleil qui me rayonne le coeur

- Mon Dieu ce que t’es très sexy!…Ahmed s'approcha d'elle pour la serrer fort contre lui

- La soirée vient de commencer yalhbib, Bouchra le laissa faire tout en posant un regard tendre sur ses yeux, elle ajouta: faut attendre chérino

- Je m’en foue du reste. T’es ma reine à moi et je te veux daba daba

Bouchra se tordit de rire…
- Chut, c’est pas le moment.
Elle lui prend tendrement la main, y posa de très doux baisers et l’emmena au grand canapé

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  jalel007 le Ven 16 Avr - 17:52

vous voulez que je continue ou NON

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  SalSoul le Ven 16 Avr - 18:08

jalel007 a écrit:vous voulez que je continue ou NON

BIENSUR ...;continue
Essaye de nous mettre une foto de BOCHRA .......(Jazaka ALLAHOU Khayrani...)
avatar
SalSoul
Modérateur
Modérateur


Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: L'Erreur fatale

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 2 Précédent  1, 2

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum